Conférence Raphaël "il divino"

Contenu de la page : Conférence Raphaël "il divino"

De son vivant déjà, et encore davantage après sa mort en 1520, le peintre Raphaël est regardé comme « il divino ». En 1550, Vasari lui-même attribue sa naissance à la volonté divine ! Jusqu’au Impressionnistes, on lui rend un culte dans tous les ateliers, puis on l’oublie peu ou prou au cours du XXe siècle.
Assiste-t-on depuis peu à un retour en grâce auprès des spécialistes et du grand public ?
Après le verdict des historiens d’art du XXe siècle peut-on regarder autrement l’œuvre de Raphaël ? Souligner l’influence essentielle de son maître le Pérugin, ainsi que celle de Léonard de Vinci et Michel Ange, une fois le peintre installé à Florence ? Période essentielle que ces quatre ans de 1504 à 1508 ; en témoignent ces Vierges à l’Enfant à la recherche de la « Grâce », où le sfumato de Léonard le dispute aux compositions michelangelesques. Appelé à Rome par le pape Jules II en 1508, il y reste jusqu’à sa mort en 1520. Les grandes commandes de celui-ci et de Léon X son successeur font de Raphaël le peintre de la papauté. Pour le Vatican, il multiplie les chantiers grâce à un ensemble de collaborateurs prestigieux qui réalisent les œuvres d’après ses cartons.

Téléchargements

Bulletin d’information des Amis des Musées - N°6
octobre 2012
PDF - 989.4 ko
Télécharger