Le Grand Trou

Contenu de la page : Le Grand Trou

Mardi 3 avril 2018 à 19h30 - Durée : 2h
Tarifs : 7€, 5€
Théâtre - Tout public
Billetterie à l’accueil du théâtre le jour de la représentation

Théâtre de la démesure - Mise en scène : Benjamin Abitan

Quand le théâtre invite les générations futures à s’interroger sur l’enfouissement des déchets nucléaires. La construction à Onkalo (Finlande) d’un site d’enfouissement de déchets nucléaires de très grande ampleur résonne avec d’autres sites de retraitement ou d’enfouissement, comme le projet de Bure ou le centre de stockage de la Manche. Sur tous ces sites, le principal problème n’est pas d’ordre technique mais signalétique : comment signaler aux générations futures la présence d’un risque potentiel, sachant que la période de radioactivité des déchets est de l’ordre du million d’années ? Cette pièce présente une des réponses possibles : l’installation d’une population de gardiens chargés de se transmettre l’information de génération en génération – solution déjà envisagée pour un projet semblable dans le désert du Nevada, et commentée par Umberto Eco pour qui une société ainsi fondée sur un tabou rencontrerait nécessairement des difficultés quand il s’agirait de transmettre son patrimoine culturel.

Le Grand Trou (teaser) from Théâtre de la Démesure on Vimeo.

Voici ce qu’en disait Jean-Luc Porquet dans « Le Canard Enchaîné » du 14 décembre 2016 « Ô Areva, déesse de toute chose ! », clament les Gardiens, qui ne savent pas ce qu’ils gardent mais savent qu’il ne faut surtout pas creuser le sol, car le Protocole l’interdit. Et, le Protocole, c’est sacré. Empoigner une bêche est un sacrilège. Creuser un trou est tabou. Ce qui n’empêche pas le Gardien Flodor de s’interroger : « Dans mon esprit torturé s’entrechoquent des outputs négatifs. » Pour cette « tragédie antique du futur », la joyeuse équipe du Théâtre de la Démesure (sept jeunes comédiens, auxquels s’est joint le chevronné Bernard Bloch) s’est propulsée quelques centaines de milliers d’années dans l’avenir, lorsque tout le monde aura oublié les sites d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure ou d’Onkalo (Finlande). Il y a un vaisseau intergalactique, deux chercheuses qui interviennent sur écran, des scènes à tiroirs, des vieux manuscrits qu’on enfourne dans un grille-pain futuriste, des hologrammes animés, un décor de décharge publique, des débats sur l’agriculture, l’amour et la représentation, etc. Le comédien et metteur en scène Benjamin Abitan a orchestré le tout. C’est à la fois très ambitieux et plein de fraîcheur potache.

Portfolio

Adresses utiles

Adresses utiles

Centre culturel Didier Bienaimé

Télécharger la Vcard
  • Work03 25 74 92 12
    • 25 bis, avenue Roger Salengro
    • 10600 La Chapelle Saint-Luc
  • http://www.culture-c (...)
  • En savoir plus
  • Détails, horaires

    Accueil - Billetterie :

    • Lundi de 14h à 17h
    • Mardi de 14h à 17h
    • Mercredi de 9h à 12h et de 14h à 17h
    • Jeudi de 9h à 12h et de 14h à 17h
    • Vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h
      Fermeture du 22 décembre 2018 au 6 janvier 2019 inclus.

    Vous pouvez réserver vos places par téléphone au 03 25 74 92 12 ou reservation@la-chapelle-st-luc.eu

    Accueil - Expositions :

    • Du lundi au vendredi de 14h à 17h
    • Le premier week-end suivant l’ouverture de l’exposition le samedi et dimanche de 14h à 18h - Entrée libre

Adresses utiles

LÉclairCit

Télécharger la Vcard
    • Impasse de Lapointe, Lépine
    • 10120 Saint Germain
  • http://www.leclairci (...)
  • Détails, horaires

    L’association LÉclairCit se donne pour objectif de favoriser, d’accompagner et de proposer des initiatives et des événements, conviviaux festifs et culturels, reposant autant que possible sur l’implication citoyenne, visant à rassembler et à mettre en mouvement les citoyens autour des sujets et des questions qui les concernent et qui sont non ou mal traités par les médias dominants, mal formulés, présentés de façon réductrice en mode « pensée unique », noyés dans le bruit de fond ambiant de TINA (There Is No Alternative, le credo de Margaret Thatcher et de ses admirateurs pour promouvoir une société ultra-libérale dans les années 80).