Accueil du site > Ma ville > Edito du Maire > Le choix de l’école

Le choix de l’école

Contenu de la page : Le choix de l’école

Au niveau national, on s’est enfin remis à considérer l’école comme une priorité absolue dans un contexte où, partout ailleurs (sauf en matière de sécurité), les économies budgétaires sont au rendez-vous. On peut discuter des choix politiques sur bien des questions. Pourtant, je veux croire que sur ce sujet-ci, la bataille politique s’arrête là où commence l’avenir de notre Nation. Car, lorsqu’il est question d’école, surtout en ce qui concerne nos petits et tout petits, nous touchons à l’essentiel, à ce que nous construisons ensemble pour demain et après demain. On a perdu beaucoup de temps dans notre pays… Il faut que la raison revienne et que ce sujet fondamental soit une priorité nationale. A La Chapelle Saint-Luc, depuis 2008, nous avons fait de l’école la priorité absolue.
Sur le cadre de vie et d’apprentissage de nos enfants d’abord. En lançant un plan volontariste de rénovation des bâtiments et des classes nous aurons, en à peine 5 années, rénové complètement 4 écoles et achevé la construction d’un nouveau groupe scolaire. Nous avons aussi, au sein des classes, renouvelé quasiment tous les mobiliers et porté un soin particulier à l’informatique afin que nos petits fassent l’apprentissage indispensable des nouvelles technologies dans les meilleures conditions.

Pour permettre à la communauté pédagogique de travailler mieux, nous avons aussi, dans tous les domaines, augmenté les crédits de fonctionnement des écoles.

Enfin, pour sécuriser nos écoles, nous avons achevé la mise sous alarme et vidéo protection de TOUS nos bâtiments (1) et procédons par étapes à l’aménagement des abords pour, notamment, casser la vitesse automobile.

« Lorsqu’il est question d’école, surtout en ce qui concerne nos petits et tout petits, nous touchons à l’essentiel »

A la rentrée dernière nous avons lancé le grand chantier de l’accueil périscolaire des petits Chapelains. Ce changement de grande ampleur se met en place cette année. Il commence, après quelques ajustements, à trouver son rythme de croisière mais devra être évalué et modifié pour la rentrée prochaine afin d’être plus encore en adéquation avec nos objectifs visant à offrir un cadre amélioré autour de la journée de classe à chacun de nos petits.

L’ensemble de ces investissements, de ces efforts rencontre aujourd’hui la volonté du Gouvernement de remettre l’éducation élémentaire au centre des priorités. Celui-ci souhaite que l’on mette en place la semaine de 4 jours et demi dés 2013. L’objectif de ce réaménagement du rythme scolaire est, je le crois, partagé par tous. La question qui nous est posée à nous Chapelains est de savoir si nous le faisons dès 2013 ou si nous le repoussons à 2014. Au-delà de l’aspect budgétaire qui, malgré les aides, n’est pas négligeable, le vrai sujet est la réussite de ce nouveau dispositif et sa compatibilité simultanée avec les réformes que nous avions engagées auparavant. Nous consultons pour le moment la communauté éducative et les conseils d’école. D’ici la fin du mois de mars, nous aurons validé notre position définitive qui sera discutée en conseil municipal.

Il est pourtant un sujet supplémentaire qui vient créer le trouble. On annonce, à La Chapelle Saint-Luc, la fermeture de deux classes (mais aussi l’ouverture d’une). Celles-ci se trouvent à la maternelle S. Weill et à l’école élémentaire Jean Moulin. Nous avons été reçus, avec les parents, par le Directeur Académique pour contre argumenter ces options. Eu égard à ce que je développais plus haut, nous nous sentons légitimes à demander que soient reconnus et la situation des enfants chapelains, et les efforts que nous consentons en tant que collectivité. Je ne sais si nous avons été entendus ni jusqu’à quel point… Personne en tout cas ne pourra être surpris… Nous mènerons le combat jusqu’au bout puisque nous avons fait, nous,… le choix de l’école…

(1) Je note au passage que ceux qui nous ont précédés et critiquent tout ce que nous réalisons, avaient un plan de mise en place de 33 caméras sur notre commune (quand Troyes n’en avait que 15 !?) mais ne jugeaient pas utile lorsqu’ils rénovaient (rarement) une école d’y installer ne serait-ce que des alarmes…

Ecrire au maire