Edito

Contenu de la page : Edito

Nous sortons d’une période où la culture a montré toutes ses vertus. Sans elle, les journées de confinement auraient paru beaucoup plus longues. Sans elle, nos chers enfants auraient supporté plus difficilement cet enfermement. Grace à elle, certain ont (re)découvert le goût de la lecture, le plaisir de regarder un film en famille, le bonheur d’une visite dans un musée, virtuelle certes, mais ô combien enrichissante.

La télévision, les réseaux sociaux, tous les médias se sont mobilisés pour permettre l’accès à tous à un divertissement intelligent. Je fonde l’espoir que cet intermède ne sera pas vain et que chacun désormais oubliera de temps en temps ses gadgets connectés pour sortir et aller au cinéma, dans les salles de spectacles et d’expositions et fera de temps à autre une pause numérique en ouvrant un livre. Rien ne remplace le spectacle vivant. Il crée une interconnexion entre l’acteur et le spectateur qui porte le premier à donner le meilleur de lui-même et qui bouscule le second dans ces certitudes, lui ouvrant des perspectives improbables. Il n’existe pas de meilleur moyen pour ouvrir notre esprit, pour développer notre pensée critique, et tout cela, en passant un excellent moment.

Cette année encore, la programmation traite de sujets de société sur un mode léger, souvent décalé mais pourtant profond. Les spectacles ont une double lecture : 1er degré pour les enfants, plus grave et subtil pour les adultes. Le burlesque, le clown font beaucoup mieux passer les messages qu’un cours de morale. Il est réconfortant de voir arriver sur scène cette génération de jeunes artistes très talentueux. Souvent, ils excellent dans plusieurs arts, les mêlant, offrant ainsi de beaux spectacles complets où l’acrobatie côtoie le burlesque, la danse, la jonglerie, la musique, etc. S’il est un spectacle qui mélange tout cela, c’est « Odyssées » la comédie musicale jouée par de jeunes scolaires de l’agglomération, portée par la compagnie Kali jo qui a repris le flambeau des Tréteaux du Cœur Volant. Louise Michel sera l’héroïne de la semaine thématique en janvier. Qui mieux que cette institutrice, née en Haute Marne, féministe, fidèle à ses idéaux tout au long de sa vie, pouvait incarner le combat des femmes et des hommes aujourd’hui qui luttent pour une société plus juste ? Pour aller plus loin dans la réflexion et le savoir, Jean-Michel Pouzin nous éclairera avec ses conférences philosophiques, les Amis des Musées nous plongeront dans l’histoire de l’art, cet art qui, sous toutes ses formes, sera à découvrir dans les expositions qui se tiendront au Centre Culturel Didier Bienaimé ou au Musée de la Malterie.

Retrouvons le goût de sortir, le plaisir de s’évader dans un monde captivant, la satisfaction de se cultiver agréablement, la saison culturelle 2020-2021 du Centre culturel Didier Bienaimé vous en offre l’occasion.

Vive la culture !

Olivier Girardin
Maire – Conseiller Régional

Marie-Françoise Le Borgne-Godard
Déléguée du maire aux affaires culturelles

Contact

Culture, loisirs

Centre culturel Didier Bienaimé

Télécharger la Vcard